Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Français au Lycée

Articles récents

Les Types de textes

10 Janvier 2017 , Rédigé par Parcours pédagoqique d'un enseignant Publié dans #Vidéothèque du Français au Lycée

 


 

 

Lire la suite

Cendrillon, Conte des frères Grimm

30 Décembre 2016 , Rédigé par Parcours pédagoqique d'un enseignant

Lire la suite

Tâhâ Husayn l'écrivain et penseur arabe

14 Décembre 2016 , Rédigé par Parcours pédagoqique d'un enseignant Publié dans #Personnalités

Taha HUSSEINx 

Né au sein d'une famille pauvre dans un village de la Moyenne-Égypte en 1889, il est le septième d'une fratrie de treize enfants. Il perd la vue à l'âge de trois ans, des suites d'une conjonctivite mal soignée. Cette rencontre précoce avec les méfaits de la pauvreté et de l'ignorance le marquera pour la vie. Il apprend le Coran par cœur, devenant un hafiz, puis quitte son village pour le Caire où il fait ses études à l'université religieuse d'al-Azhar. Puis, il suit les cours de la nouvellement créée Université Fouad Ie. Il bénéficie ensuite d'une bourse d'État pour poursuivre ses études à Paris, où il arrive en 1914, et y soutient une thèse de doctorat sur Ibn Khaldoun à la Sorbonne en 1919. Il y rencontre sa future épouse Suzanne Bresseau (1895-1989), qui l'aida à apprendre le français, et joua un rôle important dans sa carrière comme dans sa vie.

Quand il revient de France en 1919, il travaille comme professeur d'histoire de l'Antiquité jusqu'en 1925, mais dès son retour en Égypte, il s'est appliqué à moderniser l'enseignement supérieur et à dynamiser la vie culturelle du pays. Il a également été professeur de littérature arabe à la faculté des lettres du Caire, doyen de cette faculté 1930, premier recteur de l'université d'Alexandrie, créée par lui en 1942, contrôleur général de la culture, conseiller technique, sous-secrétaire d'État au ministère de l'Instruction Publique, puis finalement ministre de l’Éducation Nationale. Une volonté extraordinaire et une grande rigueur permettent à ce jeune aveugle, issu d'un milieu modeste et paysan, une ascension sociale impressionnante.

Sur le plan littéraire, il commence comme de nombreux écrivains de la Nahda, par des travaux de traduction (dont les tragédies de Sophocle). Son œuvre principale, "al-ayyâm", (littéralement "Les Jours", traduite en français sous les titres "Le Livre des jours" pour les deux premiers tomes puis "La traversée intérieure" pour le dernier) est une autobiographie à la troisième personne. Le premier tome décrit la vie dans le village de son enfance, au bord du Nil. Il y décrit l'apprentissage précoce de la solitude dont a souffert ce jeune aveugle. Le deuxième tome s'attache à la narration de ses années d'étudiant au Caire, notamment à l'Université Al-Azhar. Là encore, la critique lucide et acérée de Taha Hussein n'épargnera pas même Al-Azhar, qui faisait pourtant figure de vénérable institution. Le dernier tome se déroule entre Le Caire, Paris et Montpellier, et décrit ses années d'études en France sur fond de Première Guerre mondiale, la vie parisienne, la découverte de l'amour, la guerre, ses difficultés... Dans ce livre, simplicité, lyrisme, et même humour, tissent le style de Taha Hussein.

Il a marqué plusieurs générations d’intellectuels du monde arabe en poussant la modernisation de la littérature arabe, notamment à travers celle de la langue arabe : les phrases avec lui (peut-être du fait qu'il n'écrit pas ses livres mais les dicte à sa fille, à qui il dédie d'ailleurs Al-ayyâm) acquièrent une plus grande souplesse, le vocabulaire est simple et abordable. Notons aussi la nouveauté que peut représenter pour le roman arabe l'écriture autobiographique comme un outil de libération (André Gide, dira à ce propos dans sa préface à la version française des deux premiers tomes  : « C'est là ce qui rend ce récit si attachant, en dépit de ces lassantes lenteurs; une âme qui souffre, qui veut vivre et se débat. Et l'on doute si, des ténèbres qui l'oppressent, celles de l'ignorance et de la sottise ne sont pas plus épaisses encore et redoutables et mortelles que celles de la cécité. »). Ses écrits sont traduits en plusieurs langues.

---

Wikipédia.

 

Lire la suite

Qu'est-ce que le pacte autobiographique ?

14 Décembre 2016 , Rédigé par Parcours pédagoqique d'un enseignant Publié dans #Supplément du cours de la deuxième année du BAC.

   9-20le-20Pacte-20ombr-E9.jpg

C'est l'engagement que prend un auteur de raconter directement sa vie (ou une partie, ou un aspect de sa vie) dans un esprit de vérité.
    Le pacte autobiographique s'oppose au pacte de fiction. Quelqu'un qui vous propose un roman (même s'il est inspiré de sa vie) ne vous demande pas de croire pour de bon à ce qu'il raconte : mais simplement de jouer à y croire.
    L'autobiographe, lui, vous promet que ce que qu'il va vous dire est vrai, ou, du moins, est ce qu'il croit vrai. Il se comporte comme un historien ou un journaliste, avec la différence que le sujet sur lequel il promet de donner une information vraie, c'est lui-même.
    Si vous, lecteur, vous jugez que l'autobiographe cache ou altère une partie de la vérité, vous pourrez penser qu'il ment. En revanche il est impossible de dire qu'un romancier ment : cela n'a aucun sens, puisqu'il ne s'est pas engagé à vous dire la vérité. Vous pouvez juger ce qu'il raconte vraisemblable ou invraisemblable, cohérent ou incohérent, bon ou mauvais, etc., mais cela échappe à la distinction du vrai et du faux.
  Conséquence : un texte autobiographique peut être légitimement vérifié par une enquête (même si, dans la pratique, c'est très difficile !). Un texte autobiographique engage la responsabilité juridique de son auteur, qui peut être poursuivi par exemple pour diffamation, ou pour atteinte à la vie privée d'autrui. Il est comme un acte de la vie réelle, même si par ailleurs il peut avoir les charmes d'une oeuvre d'art parce qu'il est bien écrit et bien composé.
    Comment se prend cet engagement de dire la vérité sur soi ? A quoi le lecteur le reconnaît-il ?
   Parfois au titre : Mémoires, Souvenirs, Histoire de ma vie... Parfois au sous-titre ("autobiographie", "récit", "souvenirs", "journal"), et parfois simplement à l'absence de mention "roman".
    Parfois il y a une préface de l'auteur, ou une déclaration en page 4 de couverture.
   Enfin très souvent le pacte autobiographique entraîne l'identité de nom entre l'auteur dont le nom est sur la couverture, et le narrateur-personnage qui raconte son histoire dans le texte.
   Autre conséquence : on ne lit pas de la même manière une autobiographie et un roman. Dans l'autobiographie, la relation avec l'auteur est embrayée (il vous demande de le croire, il voudrait obtenir votre estime, peut-être votre admiration ou même votre amour, votre réaction à sa personne est sollicitée, comme par une personne réelle dans la vie courante), tandis que dans le roman elle est débrayée (vous réagissez librement au texte, à l'histoire, vous n'êtes plus une personne que l'auteur sollicite).
     Si vous voulez des exemples de pacte autobiographique, vous trouverez sur ce site les préambules de Jean-Jacques Rousseau et de Marie Bashkirtseff .
   Je vous renvoie aussi à mon livre L'autobiographie en France (Armand Colin, collection "Cursus", 1998), à la fin duquel est reproduite une série de "pactes autobiographiques" de Rousseau à nos jours.
    Si vous voulez plus d'explications, voyez Le Pacte autobiographique (Seuil, 1975), disponible en format poche ("Points"). Dans un second volume, Signes de vie, Le Pacte autobiographique 2 (Seuil, 2005), j'ai évalué avec le recul du temps, "Vingt-cinq ans après", mon travail de réflexion sur le pacte : et ce texte, où je m'explique sur ma démarche, est bien sûr lui-même un texte autobiographique.

---

Autipacte.org

 

Lire la suite

Découvrir le schéma de la lettre administrative

11 Novembre 2016 , Rédigé par Parcours pédagoqique d'un enseignant Publié dans #Supplément de cours de la troisième année du C.S.C

Découvrir le schéma de la lettre administrative

La lettre administrative ou officielle obéit à un schéma précis (constructions)

 

          voici-dessus. Elle peut être écrite par tout le monde, chacun selon son objet (objectif).

 

  • l'expéditeur mentionne toujours ses coordonnées ainsi que celles du destinataire.
 
  • S'ils appartiennent au même établissement on ne note que le nom et la fonction.
 
  • Objet et le corps change d'après mon objectif
 
  • La formule d'appel doit respecter la fonction du destinataire

 

  • Le style soutenu, le choix des mots et les formules de politesse sont obligatoire.
Lire la suite

La lettre littéraire

10 Novembre 2016 , Rédigé par Parcours pédagoqique d'un enseignant Publié dans #Supplément de cours de la troisième année du C.S.C

La lettre littéraire

 

Contrairement à la lettre personnelle qui est une correspondance authentique. La lettre dans un roman est fictive.

 

Dans un roman, la lettre donne des informations sur des événements qui se sont déroulés ou qui vont se dérouler.

 

Elle fait avancer l'action.

 

·                    Alors que la lettre personnelle s'adresse à un unique destinataire et n'a pas pour vocation d'être publiée, 

 

dans un roman, le lettre est un genre littéraire et s'adresse à plusieurs destinataires: les personnages du roman et les 

 

lecteurs de l'œuvre.

 

 

·                    En tant que genre, la lettre littéraire utilise des procédés d'écriture raffinés et soignés qui privilégient la

 

recherche des effets.

 

·                    Certains romans sont constitués essentiellement d'échanges de lettres. Ce sont des romans épistolaires.

---

Selon ;

https://sites.google.com/site/dorousamir/3asc-1/lecons3asc/lefr3asc/la-lettre-litteraire

Lire la suite

Le directeur du Français au Lycée participe à un colloque national à Safi

23 Octobre 2016 , Rédigé par Parcours pédagoqique d'un enseignant

Le directeur du Français au Lycée participe à un colloque national à Safi

L’école André de Chénier à Safi  a abrité le 21 et 22 du mois d’octobre  un colloque national autour du thème du «  projet d’école ».

Ce rendez-vous pédagogique a connu la participation  de chercheurs de différentes villes du royaume, représentant des facultés, institutions,  écoles et  des délégations.

Le professeur et chercheur Abdelkader Raja, directeur du Français Au Lycée, a pris part aux activités de ce colloque national, et ce par une intervention portant le titre : « Le projet de l’établissement dans l’école marocaine ; limites de l’innovation et contraintes de la réalité  pédagogique. ».

Voici un résumé de l’intervention :

 

L’intervention mettra l’accent sur l’apport du projet de l’établissement sur la modernisation des pratiques éducatives de l’école  publique marocaine en examinant les limites de l’innovation dans ce genre de projet et les recommandations pédagogiques ministérielles autour du sujet, ainsi  que les contraintes pédagogiques, administratives, socio-économiques  qui entravent la conception, la mise en place, l’opérationnalisation et l’évaluation d’un projet d’un établissement en se basant sur une approche analytique appuyée entre autres sur  une expérience personnelle modeste dans le domaine de l’enseignement.

Le directeur du Français au Lycée participe à un colloque national à Safi
Le directeur du Français au Lycée participe à un colloque national à Safi
Le directeur du Français au Lycée participe à un colloque national à Safi
Le directeur du Français au Lycée participe à un colloque national à Safi
Lire la suite

Le Dernier Jour d’un Condamné ; entrée à l’œuvre

14 Octobre 2016 , Rédigé par Parcours pédagoqique d'un enseignant Publié dans #Supplément du cours de la première année du BAC.

Lire la suite

Analyse du poème " Le Dormeur du Val"

26 Septembre 2016 , Rédigé par Parcours pédagoqique d'un enseignant Publié dans #Supplément de cours de la troisième année du C.S.C

Lire la suite

Le Dormeur du Val lu par un enfant

26 Septembre 2016 , Rédigé par Parcours pédagoqique d'un enseignant

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>