Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Français au Lycée

Articles récents

le Français au Lycée souhaite à tous les acteurs pédagogiques et les élèves marocains de bonnes vacances.

30 Juin 2016 , Rédigé par Parcours pédagoqique d'un enseignant Publié dans #Fêtes et Occasions

le Français au Lycée  souhaite à tous les acteurs pédagogiques et  les élèves marocains de bonnes vacances.

 

Le Français au Lycée  termine  sa huitième  année  en espérant à tous les acteurs pédagogiques ainsi que l’ensemble des élèves marocains de bonnes vacances estivales.
Lire la suite

Conte proposé par une collégienne à Essaouira : Quand l’innocence parle du bonheur

31 Mai 2016 , Rédigé par Parcours pédagoqique d'un enseignant Publié dans #Tribune des élèves marocains

Conte proposé par une collégienne à Essaouira :  Quand l’innocence parle du bonheur

 

      Il était une fois ; une belle fille âgée de 8 ans qui s appelle Sara, elle vit avec son père et sa belle-mère, dans une petite maison en bois. Et sa belle mère vivait avec elle, mais Sara était toujours heureuse de vivre près de  son père.

     Ses parents, sont toujours tristes et malheureux car ils n’ont pas d’argent. Un jour Sara a pris le seau pour apporter l'eau, soudain, elle se glissa dans un trou, elle  demanda de l'aide, mais malheureusement personne ne l'a entendue.

      En cherchant à quoi s'attacher pour sortir du trou, Sara à trouver un grand sac plein d'argent. Elle  est très contente  parce qu’elle va aider son père et sa belle-mère à vivre confortablement, elle criait de toute sa force.  

      Sa belle mère passait à côté d'elle, mais elle l'ignorait, Sara n’as pas perdu l'espoir, elle criait et criait jusqu'à ce que son père commence à s'inquiéter et arriva de toute vitesse pour aider sa fille.

       Au retour  à la maison Sara à tout raconter à son pt ère, e finalement elle arriva à vivre avec son père dans une grande maison avec un petit jardin en toute Tranquillité.

Lire la suite

Un lien ; des exemples d’examens régionaux de la troisième année du lycée collégial

22 Mai 2016 , Rédigé par Parcours pédagoqique d'un enseignant

Un lien ; des exemples d’examens régionaux de la troisième année du lycée collégial

 

Vous trouvez sur la page indiquée dans le lien ci-après des exemples d'examen régional en langue française au cycle secondaire collégial.

 

 

http://www.9alami.info/2014/08/26/%D8%A7%D9%85%D8%AA%D8%AD%D8%A7%D9%86-%D8%A7%D9%84%D9%84%D8%BA%D8%A9-%D8%A7%D9%84%D9%81%D8%B1%D9%86%D8%B3%D9%8A%D8%A9-%D8%A7%D9%84%D8%AB%D8%A7%D9%84%D8%AB%D8%A9-%D8%A5%D8%B9%D8%AF%D8%A7%D8%AF%D9%8A/

 

Lire la suite

Les Types de textes

22 Mai 2016 , Rédigé par Parcours pédagoqique d'un enseignant Publié dans #Vidéothèque du Français au Lycée

 


 

 

Lire la suite

Les temps du récit, dans l'incipit de la Boite à Merveilles.

22 Mai 2016 , Rédigé par Parcours pédagoqique d'un enseignant Publié dans #Propositions

4506_la-boite-a-merveilles-ahmed-sefrioui.jpgUne ouverture au présent
Le présent de l'indicatif a des valeurs différentes selon son emploi. Deux valeurs sont à retenir dans notre cas.
Le présent de l'énonciation : il correspond au moment où l'on parle.
Je songe / Je ne dors pas / Ma solitude ne date pas d'hier Ma solitude ( aujourd'hui, en ce moment)
Je vois P3 5 (maintenant que je parle) / Il me reste cet album pour égayer ma solitude P6 je crois n'avoir jamais mis les pieds dans un bain maure depuis mon enfance / A bien réfléchir, je n'aime pas les bains maures P11.
Ce présent annonce un énoncé ancré dans la situation d'énonciation. Il révèle la présence d'un narrateur adulte et du moment d'écriture (moment de la parole, de l'énonciation). Il lui permet aussi de faire des commentaires. Ce temps est courant dans des genres littéraires comme l'autobiographie.
Le présent de narration : il s'emploie pour rapporter des actions passées en les rendant plus « vivantes », plus actuelles, donne une impression de direct.
Ainsi Sefrioui a recours à ce présent pour rendre cette scène qui appartient au passé et la montrer avec un effet précis.
Au présent: « Je vois » Ennoncé ancré dans la situation, présent de énonciation Au passé, l'enfance... Un petit garçon de six ans dresser un piège pour attraper un moineau Il (l'enfant) désire tant ce moineau /Il ne le martyrisera pas / Il veut en faire son compagnon Il court / Il revient s'asseoir sur le pas de la porte / Le soir , il rentre le cœur gros P3
Le MARDI, jour néfaste pour les élèves du Msid me laisse dans la bouche un goût d'amertume. Tous les mardis sont pour moi couleur de cendre. Il faisait froid.....
L'imparfait pour enchaîner
Le premier chapitre de la Boîte à Merveille est dominé par l'imparfait. Ce temps permettra au narrateur de peindre les lieux réels de son enfance, la ruelle, l'impasse , la maison, la salle du msid, les personnages qui l'ont marqué et le monde fabuleux dans lequel il trouvait refuge.
Deux valeurs à souligner
L'imparfait associé au passé simple, le premier pour décrire le cadre, le second pour dire la succession des événements.
Portrait + cadre de l'action
« L'école était à la porte de Derb Noualla. Le fqih, un grand maigre à barbe noire, dont les yeux lançaient constamment des flammes de colère, habitait la rue Jiaf. Je connaissais cette rue. Je savais qu'au fond d'un boyau noir et humide, s'ouvrait une porte basse d'où s'échappait toute la journée, un brouhaha continu de voix de femmes et de pleurs d'enfants. »
Cadre + actions
« Dès notre arrivée nous grimpâmes sur une vaste estrade couverte de nattes. Après avoir payé soixante-quinze centimes à la caissière nous commençâmes notre déshabillage dans un tumulte de voix aiguës.......je retirai mes vêtements et restai tout bête, les mains sur le ventre....
Dans les salles chaudes, l'atmosphère de vapeur, les personnages de cauchemar qui s'y agitaient, la température, finirent par m'anéantir. Je m'assis dans un coin, tremblant de fièvre et de peur. Je me demandais ce que pouvaient bien faire toutes ces femmes qui tournoyaient partout, courraient dans tous les sens, traînant de grands sceaux de bois débordants d'eau bouillante qui m'éclaboussait au passage. » P9/10
L'imparfait pour un énoncé ancré dans la situation d'énonciation Il faudrait relier ce temps au présent d'énonciation. Les deux se confondent.
« A six ans, j'avais déjà conscience de l'hostilité du monde et de ma fragilité. Je connaissais la peur, je connaissais la souffrance de la chair au contact de la baguette de cognassier. » P20

Par Mr Daif Abdelaziz

Lire la suite

Qu'est-ce que le pacte autobiographique ?

22 Mai 2016 , Rédigé par Parcours pédagoqique d'un enseignant Publié dans #Supplément du cours de la deuxième année du BAC.

   9-20le-20Pacte-20ombr-E9.jpg

C'est l'engagement que prend un auteur de raconter directement sa vie (ou une partie, ou un aspect de sa vie) dans un esprit de vérité.
    Le pacte autobiographique s'oppose au pacte de fiction. Quelqu'un qui vous propose un roman (même s'il est inspiré de sa vie) ne vous demande pas de croire pour de bon à ce qu'il raconte : mais simplement de jouer à y croire.
    L'autobiographe, lui, vous promet que ce que qu'il va vous dire est vrai, ou, du moins, est ce qu'il croit vrai. Il se comporte comme un historien ou un journaliste, avec la différence que le sujet sur lequel il promet de donner une information vraie, c'est lui-même.
    Si vous, lecteur, vous jugez que l'autobiographe cache ou altère une partie de la vérité, vous pourrez penser qu'il ment. En revanche il est impossible de dire qu'un romancier ment : cela n'a aucun sens, puisqu'il ne s'est pas engagé à vous dire la vérité. Vous pouvez juger ce qu'il raconte vraisemblable ou invraisemblable, cohérent ou incohérent, bon ou mauvais, etc., mais cela échappe à la distinction du vrai et du faux.
  Conséquence : un texte autobiographique peut être légitimement vérifié par une enquête (même si, dans la pratique, c'est très difficile !). Un texte autobiographique engage la responsabilité juridique de son auteur, qui peut être poursuivi par exemple pour diffamation, ou pour atteinte à la vie privée d'autrui. Il est comme un acte de la vie réelle, même si par ailleurs il peut avoir les charmes d'une oeuvre d'art parce qu'il est bien écrit et bien composé.
    Comment se prend cet engagement de dire la vérité sur soi ? A quoi le lecteur le reconnaît-il ?
   Parfois au titre : Mémoires, Souvenirs, Histoire de ma vie... Parfois au sous-titre ("autobiographie", "récit", "souvenirs", "journal"), et parfois simplement à l'absence de mention "roman".
    Parfois il y a une préface de l'auteur, ou une déclaration en page 4 de couverture.
   Enfin très souvent le pacte autobiographique entraîne l'identité de nom entre l'auteur dont le nom est sur la couverture, et le narrateur-personnage qui raconte son histoire dans le texte.
   Autre conséquence : on ne lit pas de la même manière une autobiographie et un roman. Dans l'autobiographie, la relation avec l'auteur est embrayée (il vous demande de le croire, il voudrait obtenir votre estime, peut-être votre admiration ou même votre amour, votre réaction à sa personne est sollicitée, comme par une personne réelle dans la vie courante), tandis que dans le roman elle est débrayée (vous réagissez librement au texte, à l'histoire, vous n'êtes plus une personne que l'auteur sollicite).
     Si vous voulez des exemples de pacte autobiographique, vous trouverez sur ce site les préambules de Jean-Jacques Rousseau et de Marie Bashkirtseff .
   Je vous renvoie aussi à mon livre L'autobiographie en France (Armand Colin, collection "Cursus", 1998), à la fin duquel est reproduite une série de "pactes autobiographiques" de Rousseau à nos jours.
    Si vous voulez plus d'explications, voyez Le Pacte autobiographique (Seuil, 1975), disponible en format poche ("Points"). Dans un second volume, Signes de vie, Le Pacte autobiographique 2 (Seuil, 2005), j'ai évalué avec le recul du temps, "Vingt-cinq ans après", mon travail de réflexion sur le pacte : et ce texte, où je m'explique sur ma démarche, est bien sûr lui-même un texte autobiographique.

 

Lire la suite

Analyse du poème " Le Dormeur du Val"

30 Avril 2016 , Rédigé par Parcours pédagoqique d'un enseignant Publié dans #Supplément de cours de la troisième année du C.S.C

Lire la suite

Le Dormeur du Val lu par un enfant

15 Avril 2016 , Rédigé par Parcours pédagoqique d'un enseignant

Lire la suite

Les figures de styles en son et image.

20 Mars 2016 , Rédigé par Parcours pédagoqique d'un enseignant Publié dans #Vidéothèque du Français au Lycée

 


 

 

Lire la suite

Les déictiques

2 Mars 2016 , Rédigé par Parcours pédagoqique d'un enseignant Publié dans #Supplément de cours de la troisième année du C.S.C

Les déictiques

 

Les déictiques sont des unités linguistiques inséparables du lieu, du temps et du sujet de l’énonciation (je, ici, maintenant). Ces indices personnels et spatio-temporels, on les appelle encore embrayeurs. Leur valeur référentielle varie d’une situation d’énonciation à une autre. Il s'agit des indices personnels, des indices spatio-temporels et des indices de la monstration.

 

            a.- Les indices personnels : 1ère personne (je, me moi, nous, mon, ma, mes, notre, nos...), 2ème personne (tu, te, toi, vous, ton, ta, tes, votre, vos…). On ne peut pas savoir à qui ils réfèrent sans savoir au préalable qui est le locuteur et é qui il s’adresse.

 

            Dans le repérage de marques de personne, il ne faut pas se laisser tromper par « on » qui peut prendre différentes valeurs (indéfini, 1ère personne du singulier, 1ère personne du pluriel…)

 

            b.- Les indices spatio-temporels : Mots et groupes de mots qui situent le message dans le temps et l’espace par rapport à l’énonciateur. On ne peut pas savoir à quoi ils réfèrent sans connaitre la position spatio-temporelle de celui qui parle.

            Exemple de marqueurs de temps : aujourd’hui, maintenant, demain, hier, avant, dans 2 jours...

            Exemple de marqueurs d’espace : ici, à côté...

 

            c.- Les indices de la monstration : ce, cet, cette, ces, voici…

 

            NB : Il ne faut pas confondre référence déictique et référence anaphorique.

 

            1.- Dans l'exemple "Jeanne est née ici il y a trois ans", il n’est pas possible de savoir l’endroit ni la date de la naissance de Jeanne si on ne sait pas le lieu et l’année de l’énonciation. Il s’agit de référence déictique.

 

            2.- Dans l'exemple "Jeanne est née au Canada en 200", tout le monde sait à quoi réfèrent «canada» ou «2007». Il s’agit de référence anaphorique.

-----

http://www.analyse-du-discours.com/les-deictiques

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>