Articles avec #tribune des eleves marocains tag

Publié le 1 Mai 2017

Quand Nadia Salek parle d’Harpagon, d’Elise et  du mariage d’intérêt
     Harpagon est un vieil avare, il veut marier sa fille Elise au seigneur Anselme.
     Elise est une petite fille de 18 ans, elle a un père qui aime beaucoup l’argent, il cherche à la marier par force.
       Harpagon veut convaincre Elise de se marier à Anselme, un homme qui a beaucoup d’argent.
      Je suis vraiment malheureuse pour Elise parce qu’elle ne veut pas se marier par force.
       Finalement, je déteste ce type de mariage, car il est un mariage d’intérêt qui n’a rien à voir avec le mariage par respect et amour.
---
Nadia Salek ; Lycée Collégial Moulay Idriss premier, Nega, Safi

Voir les commentaires

Rédigé par Parcours pédagoqique d'un enseignant

Publié dans #Tribune des élèves marocains

Repost 0

Publié le 12 Avril 2017

Mahdi Salek, Un collégien à Nega : « Les jeunes doivent distinguer ce qui est positif du négatif dans l’internet ».

Je suis pour l’usage de l’internet par les jeunes, car grâce à l’internet, on peux regarder avec intérêt des leçons et des nouvelles.

Ce média est très important dans la vie des jeunes, il fournit beaucoup d’informations sur plusieurs sujets.

L’internet permet aussi de communiquer avec les amis et la famille, son utilisation est très répandue dans toutes les régions du monde.

En plus de ses avantages, l’internet a aussi des inconvénients, c’est pour cela qu’il faut que les jeunes arrivent à distinguer les aspects positifs et négatifs de ce moyen de communication.

En conclusion, l’internet est très important dans la vie des jeunes mais il doit être utilisé avec une bonne manière.

Voir les commentaires

Rédigé par Parcours pédagoqique d'un enseignant

Publié dans #Tribune des élèves marocains

Repost 0

Publié le 5 Mars 2017

Khadija Rafiê, une petite collégienne à Naga : «  les enfants de rue sont comme de petits chats errants »

 

   

       Ali,omar, Kwita ; et Boubker, présentés dans le film Ali Zaoua de Nabil Ayouch, sont des enfants qui vivent dans la rue. Ils n’ont pas de parents pour être inscrits à l’école et avoir une bonne vie.

      Ils dorment dans la rue, ils n’ont pas de l’argent pour manger et acheter des vêtements.

     Je trouve que ces enfants sont comme de petits chats errants.

---

Khadija Rafiê : lycée collégial Moulay Idriss premier, commune rurale de Nega, Province de Safi.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Parcours pédagoqique d'un enseignant

Publié dans #Tribune des élèves marocains

Repost 0

Publié le 31 Mai 2016

Conte proposé par une collégienne à Essaouira :  Quand l’innocence parle du bonheur

 

      Il était une fois ; une belle fille âgée de 8 ans qui s appelle Sara, elle vit avec son père et sa belle-mère, dans une petite maison en bois. Et sa belle mère vivait avec elle, mais Sara était toujours heureuse de vivre près de  son père.

     Ses parents, sont toujours tristes et malheureux car ils n’ont pas d’argent. Un jour Sara a pris le seau pour apporter l'eau, soudain, elle se glissa dans un trou, elle  demanda de l'aide, mais malheureusement personne ne l'a entendue.

      En cherchant à quoi s'attacher pour sortir du trou, Sara à trouver un grand sac plein d'argent. Elle  est très contente  parce qu’elle va aider son père et sa belle-mère à vivre confortablement, elle criait de toute sa force.  

      Sa belle mère passait à côté d'elle, mais elle l'ignorait, Sara n’as pas perdu l'espoir, elle criait et criait jusqu'à ce que son père commence à s'inquiéter et arriva de toute vitesse pour aider sa fille.

       Au retour  à la maison Sara à tout raconter à son pt ère, e finalement elle arriva à vivre avec son père dans une grande maison avec un petit jardin en toute Tranquillité.

Voir les commentaires

Rédigé par Parcours pédagoqique d'un enseignant

Publié dans #Tribune des élèves marocains

Repost 0

Publié le 17 Octobre 2015

L’élève Basma Rahmoune partage des moments de ses vacances avec les lecteurs du Français au Lycée

 

Pendant  les vacances j’ai voyagé à Marrakech pour visiter ma grande famille et se promener  dans la belle ville, après quelques semaines le mois sacré du ramadan est venu, alors tous les musulmans font le jeûne chaque jour.

Ma famille et mes amies sont arrivés dans notre maison pour manger le déjeuner et faire la prière des Tarawih tous ensemble.

Aïd El-Fitr est arrivée au matin de l’Aïd nous  avons porté des vêtements neufs pour visiter ma famille.

Finalement,  je suis arrivée dans ma ville natale pour commencer mon année scolaire.

 

Un jour inoubliable.

 

Hier je suis allée avec ma mère mon frère et ma sœur au marché pour faire des courses, nous avons pris un bus pour y aller, mon frère et ma sœur sont très contents.  En sortant de la rue la pluie commence à tomber.

Quand nous sommes arrivés au marché nous avons trouvé beaucoup d’eau sur le trottoir nous avons trouvé des difficultés  pour traverser la route. Nos vêtements sont pleins d’eau, nous avons attendu jusqu’à ce que  la pluie s’arrete,  devant une boutique nous avons trouvé une femme avec son petit enfant, elle est très sympa.

Pendant quinze minutes la pluie s’est arrêtée. Nous sommes allés dans une boutique j’ai acheté des bijoux,   ma mère et ma sœur ont acheté des lunettes de soleil. Nous avons mangé des glaces et nous sommes allés au restaurant pour manger des saucisses et des fritures.

Finalement nous avons pris un taxi pour revenir à la maison.

 

 

La place Jemaa el-Fna

 

Le lundi je suis allée avec ma petite famille à la La place Jemaa el-Fna pour voir l’art de la Halka ; nous avons assisté à 3 Halkas, l’une était la danse des serpent et des vipères et la deuxième Halka était le jeu de singes sur les épaules des visiteurs .  et il y a plusieurs Halkas qui mènent les touristes et les visiteurs à jouer à de simples et magnifiques jeux.

Il y a beaucoup de portes ;  chaque porte à un nom le premier est Bab Leftouh, le deuxième est Es-samarine et il y a plusieurs portes. Nous nous sommes promenés autour de  ces portes .

Nous avons fait la prière du soir  Al-ïcha dans la grande mosquée Koutoubia à la fin de la prière nous avons pris des photos devant la mosquée.

Et pour prendre le diner nous,  sommes allés dans un restaurant, nous avons mangé des saucisses avec la sauce tomate.

Finalement nous sommes revenus à notre maison. Quelle agréable sortie.

 

Agréable journée  à la plage

 

Jeudi dernier je suis partie avec ma tante à la plage de Casablanca, la mer était très fraiche et le soleil brille et tout le monde est heureux,    pour être bien installés sur la plage nous avons pris un parasol avec des chaises.

J’ai joué dans la mer avec ma tante et nous avons pris des photos dans la plage, nous avons pris des sandwiches au déjeuner avec un jus  et des glaces

Enfin, nous sommes revenus à la maison après avoir passé un super jour mémorable avec ma tante avec beaucoup de rire. C’est un merveilleux temps.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Parcours pédagoqique d'un enseignant

Publié dans #Tribune des élèves marocains

Repost 0

Publié le 20 Septembre 2015

   Ce sont des productions artistiques d’une élève au lycée collégial Omar Ben Jaloune à la province d’Essaouira, des productions qui mettent en scène le talent d’une petite qu’il faut encourager avec tous les moyens possibles.

 

صورة1971

صورة1972

صورة1973

صورة1974

Voir les commentaires

Rédigé par Parcours pédagoqique d'un enseignant

Publié dans #Tribune des élèves marocains

Repost 0

Publié le 20 Septembre 2015

   J’ai treize ans, je suis en première année du lycée collégial Omar Ben Jaloune à Essaouira ; aujourd’hui c’est mon anniversaire, il est huit  heures du soir ; mes amis chantent tous pour moi.

   Ma mère prépare un très beau gateau et achète des fruits, mon père m’embrasse et me donne une belle montre.

  Quelques amis m’apportent des bouquets de fleurs et des cadeaux. Tous les assistants mangent  des gateaux et chantent.

anni.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par Parcours pédagoqique d'un enseignant

Publié dans #Tribune des élèves marocains

Repost 0

Publié le 2 Juin 2015

Une œuvre d’art, un souci et une préoccupation

    Une œuvre d’art unique de son genre, c’est ce qui peut qualifier en quelques sortes un tableau produit par des élèves de la première année du cycle secondaire collégial au lycée collégial Omar Ben Jaloune ( province d’Essaouira).

   Après avoir applaudi leur travail pour le penchant  humaniste qu’il connote, surtout qu’il traite de l’épineuse question des droits de l’enfant, nous avons immortalisé ce moment d’engagement et de création dans le dessein de faire partager le souci de nos élèves avec moult lecteurs.

Une œuvre d’art, un souci et une préoccupation

Voir les commentaires

Rédigé par Parcours pédagoqique d'un enseignant

Publié dans #Tribune des élèves marocains

Repost 0

Publié le 15 Avril 2015

images-copie-1.jpeg

    Lors d’un travail de réflexion proposé aux élèves de la troisième année du lycée collégial Omar Ben Jaloune sur un passage du Pain Nu de Mohammed CHOUKRI, les élèves ont accouché par écrit de maintes productions en voici quelques exemples :

Le texte  objet de réflexion :

      ״Un jour avant notre départ, j’ai revu la jeune fille qui m’avait donné une galette au miel. Je lui annonçai notre départ à Tétouan. Elle me prit par la main et m’emmena chez-elle. Je mangeai du pain complet trempé dans du beurre et du miel, puis elle m’offrit une belle pomme rouge et  une poignée d’amandes. Mieux, elle me lava le visage et les membres. Etais-je son petit frère ou son jeune fils ? Elle me peigna les cheveux. Je sentais ses mains douces sur mon front et mon visage. Elle me parfuma et me mit en face d’un miroi. J’y ai beaucoup plus regardé son visage que  je ne m’y suis vu. Elle prit ma tete entre ses mains avec délicatesse, comme moi  je prenais un moineau entre mes doigts. Ne pas faire mal (…..) j’ai pensé à elle comme une sœur qui ne serait pas la fille de ma mère   ״ .

Mohammed CHOUKRI, Le Pain Nu ( autobiographie). Traduit en français par Taher BENJELLOUN. Ed. Maspero.

 

La première réflexion : Ilham EZZABOUR.

    A mon avis l’auteur est un personnage étrange dans ce texte  car il parle d’un souvenir heureux,  mais en même temps  je pense qu’il parle d’un souvenir malheureux puisqu’il a besoin du pain complet et d’une belle pomme rouge.

    Cela montre que sa famille est pauvre, il a aussi besoin de tendresse.

La deuxième réflexion : Aϊcha HAJOUI.

    Je trouve que le personnage de CHOUKRI  l’enfant manque d’amour familial et il parle de son enfance et ses souvenirs de façon malheureuse.

    Il a besoin de tendresse parce qu’il pensé à la fille comme sa sœur.

La troisième réflexion : Nouhayla HOUMAYNI.

    Je trouve que le personnage de CHOUKRI est un personnage malheureux car il a une mauvaise relation avec son père et des conflits avec sa famille.

    Il besoin aussi de tendresse. Et même s’il rencontre des problèmes, CHOUKRI est devenu un grand écrivain.

La quatrième réflexion :  Asmaa AGOURAM.

    CHOUKRI  se présente dans le texte comme un personnage sensible aux bons gestes  et reconnaissant envers les gens qui lui ont apporté de l’aide. Il n’a pas oublié la jeune fille qui a pris soin de lui, qui lui a donné  à manger et a fait sa toilette.

    On remarque aussi d’après ce texte qu’il évoque la bonne nourriture ce qui nous laisse dire que Mohammed CHOUKRI est issu d’un milieu défavorisé.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Parcours pédagoqique d'un enseignant

Publié dans #Tribune des élèves marocains

Repost 0

Publié le 29 Juin 2014

lettre-noel.jpg

 

Je trouve que ce poème est beau car l'auteur parle de l'amour de sa fille morte, son amour est sans limites. 

Je peux dire que l'amour  pour sa fille est pur. 

Et je peux dire également qu'il a oublié tout pour donner son temps à sa fille c'est pour cela qu'il a écrit ce poème pour exprimer son amour a sa petite fille.  

 

Voir les commentaires

Rédigé par Parcours pédagoqique d'un enseignant

Publié dans #Tribune des élèves marocains

Repost 0